Vivre à l'étroit

 | INSPIRATIONS|


Ce billet avait été publié sur la première version d'Equinoxe

Vivre à l’étroit, quelle drôle d’idée pas vrai ? Et pourtant …

A la base, j’avais envie de vous parler des Tiny Houses, ces mini maisons qu'on s'imagine, et à juste titre, faire à peine 25m2 et être parfois construites sur une remorque. Mais plus qu’être une micro-maison avec une superficie minuscule, c’est avant tout une idée, un concept qui peut s’appliquer n’importe où, à la ville comme à la campagne, et sans avoir besoin de faire construire. Le choix d’une simplicité volontaire étendue à son habitation : ne pas utiliser plus d’espace que ce dont on a besoin.


Moins de choses, moins d'espaces, plus de liens
Habiter dans un petit espace ne signifie pas faire de concessions sur son confort et vivre dans un environnement anxiogène. Bien pensé en terme de lumière et de rangements, il peut être beaucoup plus agréable à vivre au quotidien et peut même sembler plus grand qu’une grande surface mal aménagée !

Cela demande évidement de revoir sa relation au matériel puisqu’il n’y a pas de place pour le superflu mais c’est justement cela que je trouve intéressant. Plus jeune, je rêvais d’une grande maison pour une partie de ma vie d’adulte. Un bureau, une chambre d’amis, une suite parentale, une lingerie… et même un jardin d’hiver! Des pièces spacieuses avec une fonction bien définie, un idéal en totale adéquation avec celui du consommateur occidental qui valorise son statut social par la taille de son logement et des objets qu’il contient. Cela ne me correspond plus vraiment. J’aspire à avoir moins d’objets, c’est progressivement le cas et forcément, j’ai besoin de moins de place. Si les intérieurs assez épurés m’apaisent, ce n’est pas le cas des espaces vides ! Habiter dans un petit espace - et par là je n’entends pas tiny house à proprement parlé, juste une maison ou un appartement plus petit que l’on aurait pu le penser pour la taille de sa famille - peut être un véritable coup de pouce (ou la suite logique ?) de son processus de simplification. Ne garder que les objets qui sont vraiment utiles ou précieux et se procurer autrement ceux dont a besoin une fois de temps en temps devient nécessaire si on ne veut pas vivre dans un espace surchargé. On fait alors appel à des réseaux de partage, on noue des liens avec ses voisins… Plus qu’habiter un appartement, on vit au sein d’un quartier ou d’une communauté… C’est peut-être là la vraie valeur d’un foyer.

De plus, à l’époque où notre planète est de plus en plus peuplée, où il est de plus en plus difficile de se loger de façon décente en ville et où tant de gens vivent dans la rue, il me semble qu’avoir un foyer plus grand que ses besoins pose des questions d’ordre moral.


Des avantages pratiques
Au-delà de ces considérations personnelles, il y a également beaucoup d’avantages pratiques à vivre dans un petit espace. C’est un choix assez écologique dans le sens où il y a moins de surface à chauffer, et économique, puisque c’est moins cher à entretenir, à acheter ou à louer. On peut alors se permettre plus de choses, un quartier que l’on adore, une vue de rêve, le cachet de vieilles pierres ou d’un beau plancher … Et puis ça demande également moins de temps à l’entretien, et quand on aime vivre dans un endroit propre sans passer sa vie à faire le ménage, ma foi c’est pratique !


Pour le moment, je suis locataire d’un T2 à Paris, ni grand ni petit, et le quitter n’est pas dans nos projets pour le moment. Mais quand ça sera le cas pour une raison ou pour une autre, je me poserai la question : de combien d’espace ai-je réellement besoin pour vivre bien ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...