<< Vivez pleinement chaque saison qui passe. Respirez l'air, buvez, goûtez les fruits, et acceptez l'influence de la terre >>


Henry David Thoreau - Walden ou la Vie dans les Bois +++++++++





.DERNIERS BILLETS.

Composter en ville, sans jardin ni balcon

 | MAISON |



Une des grandes étapes dans la démarche de réduction de ses déchets, c’est de se mettre à composter. Cela permet de valoriser la plupart des déchets organiques en les transformant en engrais naturel et fait diminuer considérablement le contenu de notre poubelle ! Mais si composter quand on a un jardin ou un grand balcon peut être relativement aisé, ça l’est un peu moins quand on habite en appartement. En attendant le ramassage des poubelles à compost à la manière du verre ou du plastique, voici donc quelques pistes pour composter sans jardin ni balcon, ainsi que mon retour d’expérience sur la question !

DIFFÉRENTES SOLUTIONS
Un peu moins facile à mettre en place, composter quand on est en appartement est loin d’être impossible. Quand j’ai décidé de m’y mettre, j’avais fait un petit tour des internets pour voir les différentes solutions qui s’offraient à moi, en sachant que je ne voulais pas installer de composteur dans mon appartement. Ma cuisine étant assez petite, j’aurais dû privilégier un petit système qui se serait rempli trop vite et je craignais, à terme, les mauvaises odeurs.

Voici les solutions que j’avais trouvées :
  • Le lombri-composteur
    Comme son nom l’indique, ce sont les vers de terres qui vont aider à la transformation des déchets organiques en un engrais de qualité et même en fertilisant liquide. Le processus est dont plus rapide qu’un simple composteur ce qui est pratique quand on veut composter en intérieur. Il se présente souvent sous la forme d’un container plutôt gros, à plusieurs étages dans lequel les lombrics vont faire leur boulot sans qu’on n’ait réellement besoin de s’en occuper. Bien entretenu, il ne dégage apparemment aucune odeur. Pour une expérience du lombri-composteur en intérieur, je vous invite à lire ce billet de Mélanie sur Sempervivum

  • Le bokashi.
    Même fonctionnement que le lombri-composteur à la différence près que l’accélérateur de compost est une poudre à base de champignons, appelé le son de Bokashi. Il prend généralement moins de place, se présentant souvent comme une grosse poubelle à compost. Au contraire du compost traditionnel et du lombri-composteur, on peut y déposer des déchets d’origine animale mais les déchets ne se décomposent pas entièrement et il faut donc aller le vider dans un compost collectif une fois de temps en temps. De plus, le son de bokashi, à saupoudrer régulièrement est souvent vendu emballé dans du plastique ce qui est, à mon sens, un inconvénient.

  • Le compost collectif
    Un compost à partager avec ses voisins, dans son quartier ou pour les plus chanceux, dans son immeuble ! Dans la pratique, on stocke ses déchets organiques chez soi, dans une petite poubelle à compost et on les apporte toutes les semaines au compost collectif. C’est l’option que j’ai choisi. Sauf dans le cas des immeubles, ces composts collectifs sont généralement tenus par des associations de quartier ou les membres de jardins partagés. Tous ne sont pas ouvert au public tous les jours mais des permanences sont souvent assurées plusieurs fois par semaine.

    Comment trouver un compost collectif près de chez soi ?
    En se rapprochant de votre mairie qui vous donnera les différents jardins partagés de votre quartier (qui ont tous un compost, mais pas toujours public) et les éventuelles associations qui proposent un ramassage du compost; ou par le bouche-à-oreilles et les groupes de quartiers sur les réseaux sociaux. Pour les parisiens, le blog Compost à Paris recensent quelques composts de quartier classés par arrondissement.

COMPOSTER AU QUOTIDIEN, MON EXPÉRIENCE
J’ai commencé à composter il y a un peu plus d’un an, au début de l’année 2016. Je dépose mon compost une fois par semaine dans un petit jardin partagé à une dizaine de minutes à pied de chez moi. Je l’avoue, nous n’avons pas toujours été réguliers. Il y a eu des hauts et des bas et nous avons rencontré quelques obstacles dans ce début d’aventure de compostage en ville. Mais la machine est lancée et quel plaisir de voir le contenu de notre poubelle diminuer de moitié !

Le sceau à compost
Pour se mettre à composter, dans le cas d’un compost collectif, vous n’avez besoin que d’un petit sceau bien hermétique avec un couvercle. Je vous conseille de le placer dans un endroit pratique et accessible. Si on veut ancrer cette nouvelle habitude de compostage dans le temps, autant se faciliter la tâche au maximum ! Pour l’entretien du bio-sceau, je le rince à l’eau chaque semaine et le laisse bien sécher avant de le remplir de nouveau. Je le lave au savon de Marseille et vinaigre d’alcool une fois de temps en temps.

Quelques obstacles.
Il y a des périodes où nous avons tout bonnement arrêter de composter. Par manque de volonté tout d’abord. Porter le bio-sceau au compost du jardin partagé demande 1/2h par semaine, ce qui est rien ou énorme selon notre emploi du moment, mais clairement plus que descendre au local-poubelle de notre immeuble… Et remettre au lendemain, puis au surlendemain la vidange du sceau à compost est une mauvaise idée car passée une semaine, son contenu peut commencer à sentir. Si on ne s’organise pas en conséquence ou si le compost partagé est un peu trop loin de chez soi, cela peut un peu décourager.

Le second obstacle fut l’été et ses fortes chaleurs. Même à l’abri sous mon évier, le contenu de mon bio-sceau fermentait plus vite et nous étions obligés d’y aller deux fois par semaine pour éviter les odeurs désagréables à l’ouverture, ce qui était « trop » pour nous. A l’époque, j’avais trouvé sur plusieurs blogs la solution de congeler ses déchets organiques entre chaque compostage. Cela m’avait paru un peu « extrême », mais je crois que je suis en train de changer d’avis … affaire à suivre !


Composter en ville via un compost collectif demande donc, de mon point de vue, un peu d’effort. Mais à force d’habitude et d’organisation, cette petite balade hebdomadaire au jardin partagé est devenue un réflexe auquel on ne pense plus et qui est loin d’être désagréable. Et puis on peut bien faire cet effort pour notre jolie planète !

Aussi, je parle plusieurs fois d'odeurs dans cet article et je ne souhaiterais pas que cela décourage certains d'entre vous intéressés par le compostage en ville via les composts collectifs! Un sceau à compost déposé consciencieusement chaque semaine en hiver, automne et au printemps ne sent pas, juste un peu "le vert" quand on l'ouvre parfois, promis ! 


Est-ce que vous compostez ou êtes tentez par le compostage ?
 N’hésitez pas à partager votre expérience ! 

4 commentaires:

  1. le compostage c'est super mais ça peut vite devenir une vraie galère. A la maison on a essayé le lombricomposteur et ça s'est très mal fini ! On a changé pour un composteur avec bactérie mais il est plein et je ne sais pas comment me débrouiller maintenant... Mais au moins ma poubelle a bien diminué !

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant comme article ! Je vis à Paris en appartement avec une cuisine étroite et je me demandais justement comment composter sans que se soit trop compliqué. J'ai hâte de voir comment va évoluer le projet "Compost à Paris" mais d'ici là, je vais continuer à me renseigner pour trouver une solution :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce chouette article ! Je vis en appart avec un balcon et je cherche des idées pour composter. Nous n'avons pas de jardin partagé à proximité de chez nous, notre choix s'est donc orienté vers un Lombri-composteur mais pour le moment, j'ai un peu peur de sauter le pas rapport au fait que les bebetes et moi ne sommes pas très copines. Affaire à suivre, donc...

    RépondreSupprimer
  4. Le compostage présente de nombreux avantages tant financiers qu'écologiques. Vivre en appartement n'est pas un obstacle comme beaucoup l'imaginent à priori. Merci pour cet article très intéressant.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

I N F O L E T T R E

Inscrivez-vous pour recevoir les actualités du blog et du contenu exclusif

* indicates required