NOËL PLUS SIMPLEMENT



Le temps des fêtes est celui que je préfère pour tout ce qu’il implique de chaleureux, de convivial et d’un peu magique : l’odeur du sapin et du vin chaud dans les rues, les films de Noël, le froid qui appelle au confort, les chocolats du calendrier de l’avent, les retrouvailles familiales… Des plaisirs un peu cliché parfois mais dans lesquels je me fais une joie de tomber tous les ans, pull de Noël sur le dos et gros bonnet sur la tête. A côté de ça, les fêtes de fin d’année peuvent aussi apporter leur lot de stress et de petites contrariétés : la course aux cadeaux, les rues commerçantes bondées, la préparation du repas si l’on reçoit, le choix de la soirée quand on doit se diviser entre deux ou trois familles…

Déjà l’année dernière, et encore plus cette année, j’ai envie d’un Noël plus simple, plus authentique moins consumériste. Alors en ce début d’Avent, j’avais envie de partager les quelques idées et résolutions que j’ai prise en ce sens et ma vision des choses. Noël a le sens que l’on lui donne et cela ne tient qu’à nous qu’il soit vraiment ce qu’il nous évoque : de la générosité, de la simplicité, le plaisir des vraies choses.


DÉCORER LA MAISON
Même si j’ai envie de fêtes de fin d’année moins tournées vers le matériel, je ne les imagine pas sans décorations ni sapin. Ça participe grandement à la magie de cette période et on peut d’ailleurs décorer son foyer et sa table sans pour autant tomber dans l’excès et le consumérisme.

Un sapin plus durable
Le sapin est une sorte de « caprice » dû à la tradition mais j’ai du mal à imaginer des fêtes sans arbre de Noël. Même si je l’ai fait pendant pas mal de temps, je ne me vois plus non plus acheter d’arbre coupé, principalement parce que je trouve que c’est une forme de gâchis, couper un arbre pour un plaisir qui durera 30 jours. Le sapin en plastique, d’une certaine manière durable dans le temps, me semble être un non-sens. Cela dit, il existe d’autres solutions ! On peut acheter un arbre en pot afin de l’utiliser une année sur l’autre, le louer (sur Treezmas par exemple) ou plus simplement opter pour quelques branches de conifères dans un beau vase.

Un calendrier de l’avent fait-maison
Je n’ai rien contre les calendriers de l’avent rempli de chocolat, le mien en est bourré. Cela dit, je trouve que le fabriquer soit même, avec sa famille ou la personne avec qui on partage la vie est un vrai plus. On s’en bricole un chaque année avec Benjamin, dans lequel on glisse l’un pour l’autre ou pour nous même des petits plaisirs (le titre d’un film à regarder, une sortie de saison, un défi un peu fou…) des mots doux ou quelques gourmandises. Le but est de profiter de tous ces instants non-matériels qu’offre l’avent. Apprécier ces moments qui sont finalement plus précieux que tous les cadeaux du réveillon et qui font de Décembre, un mois magique.

Des décorations végétales, durables et fait-maison
Un intérieur n’a pas besoin de crouler sous les décorations pour avoir la saveur particulière de l’avent. Un petit sapin, quelques bougies (neutres, pour pouvoir les utiliser toutes l’année) ou une guirlande lumineuse et une jolie suspension ont davantage d’existence et de saveur parce qu’ils sont peu nombreux. Idem pour la table de Noël, on néglige parfois le charme de la simplicité ! Pour ma part, je privilégie les décorations végétales qui sont bon marché et biodégradables. On peut aussi réaliser des suspensions en papier, en fausse porcelaine, en biscuits sablés …

1. Happy Chantilly - 2. ButterflyFood - 3. Inconnu

LES CADEAUX
J’adore en faire, j’adore en recevoir et j’attends toujours le moment des cadeaux avec une excitation de gosses. Pourtant, quand on aspire à un mode de vie plus simple, plus vert, moins consumériste de manière générale, cela peut vite devenir la croix et la bannière. Offrir des présents qui correspondent à la fois à nos valeurs et aux aspirations de nos proches, et inversement pour ceux que l’on reçoit.

Faire des cadeaux différents
J’ai un budget serré cette année et je réalise que cette « contrainte » bouscule, dans le bon sens, ma vision du « cadeau ». Même si ce n’est pas systématique, je me tourne davantage vers les cadeaux fait-maison. Ils ont toujours été la bouée de sauvetage de l’éternelle fauchée que je suis mais je réalise maintenant leur vraie valeur : un investissement de temps et de créativité qui vaut pas mal de produits manufacturés ! Quant aux cadeaux achetés, ils répondent à une envie ou un besoin bien précis de la personne à qui j’ai envie de faire plaisir, ou alors un coup de cœur de ma part – et dans ce cas je m’assure que le cadeaux plaira avant de l’acheter. Je me tourne au possible vers les petites entreprises, françaises, responsables, ou des cadeaux immatériels, des abonnements… Et depuis cette année, je m’essaie à l’achat d’occasion (livres, vêtements, jeux de société se trouvent facilement en excellent état) dans la mesure où je sais que la personne ne s’en offensera pas.

La liste de cadeaux
Je conçois que faire une liste peux sembler bizarre, dans la mesure où un cadeau ne se commande pas. Mais cela permet de donner quelques pistes à ses proches moins inspirés, éviter quelques couacs parfois, et se faire offrir des choses dont on a besoin ou que l’on désire depuis un moment ! Pour garder une certaine surprise, il existe même des sites en ligne, comme Kdaolog par exemple.


SE CONCENTRER SUR L’ESSENTIEL.
Les fêtes de fin d’année, au-delà des couronnes sur les portes et des beaux cadeaux, c’est ce sentiment de chaleur et d’excitation qui dure tout décembre. Cette dose de magie et la perspective de bons moments. Et comme tout sentiment, il s’entretient et se cultive. En s’adonnant aux petits plaisirs de son calendrier de l’avent par exemple, en prenant le temps de fabriquer ses décorations de Noël, en faisant des choses positives pour les autres comme pour soi-même ou en chassant les contrariétés qu’on s’imposent parfois nous-même… bref, en se concentrant sur l’essentiel !

Spiritualité & partage
Que l’on soit croyant ou pas, on retrouve pendant les fêtes cette notion très forte de convivialité, de partage et aussi de reconnaissance. Et je trouve que c’est le moment idéal pour faire des choses dans ce sens et que l’on ne prend peut être pas le temps de faire d’habitude. Décembre peut être l’occasion de se lancer un «défi gratitude», de s’ouvrir à soi-même, en faisant de la méditation par exemple, ou s’ouvrir aux autres en s’engageant dans une association, en venant en aides à des personnes défavorisées, même ponctuellement.

Le poids de la tradition : oser changer ses habitudes
Un autre point qu’il me semble essentiel de souligner pendant les fêtes, c’est celui de la tradition qui fait partie du charme de Noël mais qui, si on y prend pas garde, peut aussi devenir une vraie source de contrariété. J’ai réalisé ça l’année dernière quand, pour des raisons logistiques et géographiques de ma belle-famille, j’ai passé le réveillon et la journée du 25 sans voir mes sœurs et mes parents, ce qui ne m’était jamais arrivé en 25 ans. Cette perceptive me perturbait pas mal au début, mettant à mal mes petites habitudes de Noël. J’ai finalement réalisé que même si ce n’était pas le jour J (le 24 ou le 25), tous les éléments étaient réunis pour passer une bonne soirée : mes sœurs, mes parents, mon mec, autour d’un apéro. Et ce fut le cas. Dans le fond, ça fait quelques années que mes fêtes de Noël sont différentes de ce qu’elles avaient toujours étaient. Parce que mon rapport à la consommation a changé, parce que je les fête également avec Ben et sa famille…C’est différent, ça n’a rien de ce que je vivais comme un rituel d’enfant, mais c’est toujours aussi bien.

Je crois que ce recul face aux traditions qui nous sont chères (particulièrement quand elles deviennent source de stress) peut s’adapter à d’autres situations : on n’est pas obligé de proposer un repas gargantuesque, de couvrir nos proches de cadeaux achetés et neufs, de proposer du foie-gras si ça nous dit plus rien… juste parce que c’est comme ça qu’on a toujours fait. Nous évoluons, nous nous adaptons, et nos traditions et habitudes peuvent le faire aussi. A nous d’en créer d’autres !

*

Et vous, comment voyez vous les fêtes de fin d'année ? 

SOUPE A L'OIGNON GRATINÉE AU CONTÉ



Je crois bien que "gratiné" est l'un des mots les plus laids de la langue française et pourtant, qu'est ce qu'il sonne bien quand il s'agit de bouffe ! J'en ai fait une obsession ces derniers temps, jusqu'à aller regarder si mes bols en grès Ikea passent au four pour faire gratiner mes soupes... et la réponse est OUI! 
La meilleure des soupes gratinées est celle à l'oignon, sans hésiter. Elle demande un peu d'attention pour la préparer mais très peu d'ingrédients et c'est un vrai régal : des oignons un peu caramélisées, un bouillon délicatement parfumé, du conté rappé.... Miam!

SOUPE A L'OIGNON GRATINÉE AU CONTÉ
préparation: 20mn |  cuisson : 45 + 5 mn
pour 2 bols


Ingrédients :
- 250g d'oignons moyens
- 20g de beurre demi-sel
- 700ml d'eau
- 1 c. à soupe rase de farine
- 1 c. à café de sucre de canne
- 1/2 c. à café de sel
- une pincée de poivre
- une feuille de laurier-sauce

pour faire gratiner
- 4 petites tranches de pain
- 60g de conté












Étapes :
1. Portez l'eau à ébullition. Pendant ce temps, pelez et émincez finement les oignons.

2. Dans une grande casserole, faites fondre le beurre à feu moyen et faites-y revenir les oignons pendant 15mn. Quand ils commencent à s'attendrir, ajoutez le sucre. Mélangez de temps en temps afin qu'ils dorent uniformément.

3. Ajoutez la farine, mélangez bien; puis l'eau bouillante, le laurier, le sel et le poivre tout en continuant de bien mélanger. Laissez mijoter à feu moyen pendant 30mn ou jusqu'à ce que la soupe ait réduit d'un quart afin que les saveurs se concentrent bien.

4. Pendant ce temps, râpez le conté et faites dorer les tranches de pain quelques minutes au four. Laissez-le allumé en mode grill.

5. Répartissez la soupe dans des bols qui passent au four et disposez-y les tranches de pain doré puis saupoudrez généreusement de conté. Enfournez 5 à 10mn sous le grill chaud. Dégustez immédiatement.

BISCUITS SANTÉ A LA COURGE & A L'AVOINE



Quand il reste une grosse quantité de courge à cuisiner rapidement et que je suis lassée de la soupe au potiron, j'en fait de la purée pour la congeler (ou pas) et l'utiliser à l'envie.  Ces derniers temps, c'était pour faire ces petits biscuits à l'avoine sans sucre ni matière grasse, mais avec un bon goût de cannelle, rassasiants et très rapides à cuisiner.

A mon avis, les raisins secs sucrent déjà efficacement les biscuits. Vous pouvez néanmoins ajouter 1 c. à soupe de sucre de coco ou de canne si vous avez envie.

BISCUITS D'AVOINE A LA COURGE
préparation: 5mn | cuisson : 15mn
pour 8 biscuits - recette végétalienne


Ingrédients :
- 200g de purée de courge
- 100g de flocons d'avoine
- 50g de farine semi-complète
- 1 c. à soupe de raisins secs
- 1 c. à café d'arôme de vanille
- 1/2 c. à café de cannelle



Étapes :
1. Préchauffez le four à 180°C. Mélangez tous les ingrédients ensemble dans un cul de poule. 

2. En vous aidant de vos doigts, formez des galettes de pâte sur une plaque recouverte de papier cuisson. Enfournez pour 15mn.

3. Laissez les biscuits refroidir sur une grille puis conservez-les sous cloche ou dans une boite non-hermétique. A consommer dans les 4 jours.

NOTE : Pour 200g de purée de courge, comptez environ 400g de chair crue, à cuire au four de préférence. Selon la texture de la purée, il faudra éventuellement la dessécher quelques minutes sur feu moyen-fort afin de lui faire perdre de son eau.

COURGE RÔTIE AUX EPICES, BOULGOUR & SAUCE AU TAHIN



La recette que je vous propose aujourd'hui est un poil plus complexe que ce que j'ai l'habitude de poster ici. Elle demande un peu plus d’ingrédients et de temps de réalisation qu'à l'accoutumée mais reste très simple à cuisiner. Elle me semble parfaite pour servir à un diner entre amis ou un repas de famille par exemple. C'est d'ailleurs à cette occasion que je l'ai cuisinée pour la première fois. On avait utilisé l'un des beaux potirons du potager de mes parents et tout le monde a été conquis par ce plat aux influences orientales!

Pour un plat encore plus festif, on peut l'accompagner d’œufs en casserole dans ce style, ou même cassés directement sur la plaque en fin de cuisson.

COURGE RÔTIE AUX ÉPICES, POIS CHICHES
CROUSTILLANTS, BOULGOUR & SAUCE YAOURT AU TAHIN
préparation: 30mn |  cuisson : 30mn
pour 6 personnes - option végétalienne

librement inspiré de 'Le Meilleur de la Cuisine Saine' chez Marabout

Ingrédients :
- 1,350 kg de potiron
- 600g de pois chiches, cuits et égouttés
- 4 c. à soupe d'huile d'olive
- 1 c. à café de sumac*
- 1  c. à café de paprika
- 1/2  c. à café de cannelle
- 1/2 c. à café de sel

pour le boulgour
- 300g de boulgour
- 50g de raisins secs
- 25g d'amandes effilées
- 2 c. à soupe de persil plat
- 1 c. à soupe de thym
- 1 c. à soupe de zeste de citron
- 1 c. à soupe d'huile d'olive
- 1 gousse d'ail pilée
- 1/2 c. à café de sel

pour la sauce au tahin
- 2 c. à soupe de fromage blanc ou de --yaourt de soja
- 1/2 c. à soupe de tahin
- 1/2 c. à soupe de balsamique
- sel et poivre, au goût







Étapes :
1. Préchauffez le four à 160°C. Lavez puis coupez le potiron en quartiers et égrainez-le en vous aidant d'une c. à soupe Placez les quartiers sur une plaque recouverte de papier cuisson.

2. Mélangez les épices à l'huile d'olive et enduisez-en les morceaux de courge des deux cotés avec un pinceau de cuisine. Mélangez le reste de la marinade aux pois chiches et placez-les dans un plat séparé. Enfournez le tout pour 15mn.

3. Mélangez tous les ingrédients "pour le boulgour" sauf l'huile d'olive et le persil plat dans un plat creux. Faites bouillir de l'eau et versez-la sur le boulgour jusqu'à le couvrir tout à fait (320ml environ). Couvrez avec une assiette et laissez gonfler 15mn.

4. Égrainez le boulgour à l'aide d'une fourchette et ajoutez l'huile d'olive et le persil plat finement ciselé. Mélangez.

5. Retournez les morceaux de courges, répartissez le boulgour tout autour de ces derniers puis relancez la cuisson (ainsi que celle des pois chiches) pour 15mn.

6. Pendant ce temps, mélangez tous les ingrédients "pour la sauce". Elle est à conserver au frigo et à servir avec la courge et les pois chiches rôtis et le boulgour chaud.

NOTE* : Le sumac est une épice typique du Moyen-Orient et on en trouve généralement dans les épiceries orientales. Il a un goût fruité et un peu acide, on peut donc le remplacer par 1 c. à soupe de jus de citron.